L’hiver, c’est le moment d’en faire moins

On se couche plus tôt, on travaille moins (on essaie), on fait de belles ballades plutôt que de s’éreinter à pratiquer un sport. Vous l’avez compris, on diminue ses activités, on rentre en nous à l’image de la nature qui retourne à la terre pour se ressourcer. A chaque saison son empereur. C’est donc la sphère rénale énergétique qui gouverne en ce moment. Cette sphère énergétique comprend les reins en tant qu’organes, le système uro-génital et les surrénales. C’est la réserve d’énergie que nous épuisons tout au long de l’année à force de nous éreinter en puisant dans nos réserves et dont il est question lorsque nous voulons nous ressourcer. Cette réserve se recharge si nous respectons le temps de repos que nous propose l’hiver. C’est l’émotion de la peur qui affaiblit nos Reins et le sentiment de la confiance en soi, confiance en la vie, qui renforcent ceux ci. La peur s’apparente souvent à l’incapacité à lâcher prise. Moins on lâche, plus on s’épuise, physiquement, mentalement. Avoir confiance c’est accepter ce qui se présente à nous. Non par fatalisme mais plutôt comme une expérience incontournable qui nous permettra au moins de limiter la perte de cette fameuse énergie renfermée dans notre sphère rénale. Et puis, tout n’est pas ‘négociable’ alors à quoi bon dans ce cas lutter contre ce qui se présente à nous parfois jusqu’à l’épuisement ? Certains diront que c’est être pessimiste que de voir la vie ainsi. Je répondrais que je préfère m’adapter, accepter, pour mieux absorber l’expérience qui se présente – autant que possible. Mais la vie n’est pas facile pour tous. Alors comment faire pour évacuer cette peur et renforcer notre confiance ? Rome ne s’est pas faites en un jour et on ne va certainement pas changer notre nature du jour au lendemain mais petit à petit en commençant pas des challenges simples à mettre en place, on finit par instaurer plus de confiance en soi chaque jour. Souvent ces peurs s’installent en nous, à notre insu. D’ailleurs est-ce que ce sont vraiment nos peurs ? pas si sur ! Il suffit d’écouter pendant des années ces informations qui nous répètent en boucle que tout va mal, tout s’aggrave pour que finalement la peur s’installe. Ainsi, la peur cristallise, paralyse et il devient de plus en plus difficile d’inverser la tendance. La méditation, tellement à la mode en ce moment, mais qui existait bien avant que l’Éveillé n’en fasse la promotion sans le savoir est un bon moyen de lâcher prise, de prendre de la distance. Il ne s’agit pas de nier ce que le monde vit, ce que nous vivons. Il s’agit de voir cela avec recul. Les écoles sont nombreuses, les gourous encore plus. Simplement, asseyez-vous et écoutez. Écoutez votre silence intérieur. Reliez-vous à votre source. Pas de corps, pas de souffle, pas d’esprit, pas de volonté, juste votre silence et la profondeur de votre véritable nature…sans peurs .Là aussi le risque est grand de vouloir trop en faire. Quelques minutes suffisent pour se reconnecter, se ressourcer et progressivement faire émerger notre cœur. Dans la posture de l’Enfant qui vénère Bouddha ( et qui nourrit ses reins, Zhan Zhuang sur une jambe, l’autre posée au dessus du genou, les mains en prière), je vous souhaite de très joyeuses fêtes de fin d’année.

enfant prie