Balayer, une pratique d’éveil

Il y a toujours un balai près de moi
Dès que j’ai du temps libre je balaie le sol
Non seulement ça m’épargne de demander au garçon de service,
En plus ça harmonise la circulation du sang et du Qi
Massages et exercices respiratoires sont certes bénéfiques,
Mais fastidieux
Rien ne vaut de balayer par terre
C’est là une recette facile pour prolonger la vie.

Lu You, poète de la Chine de la dynastie Song

Lu Yu (1125-1210)
Le vieil homme qui n’en fait qu’à sa guise

Esprit es-tu là?

Lors du précédent article vous avez pu découvrir le rôle que nous donnons à nos yeux, à notre regard. Les yeux induisent l’attention. En portant attention à nos mains nous avons pu renforcer la présence de celles-ci.

Ainsi, la pratique du qi gong nécessite d’être présent. D’être présent au présent ! Le passé n’existe plus et le futur n’existe pas et d’ailleurs ils n’existeront jamais car rien n’existe en dehors du présent.

Facile à dire me direz-vous ! Emporté que nous sommes par le flot de la vie nous ne percevons même plus que notre esprit est essentiellement placé en dehors du moment présent. Ceci explique sans doute en partie pourquoi nous sommes continuellement fatigué. Rappelez-vous : Là ou va l’esprit, l’énergie suit.

Vous savez maintenant ce que vous nourrissez de votre énergie !

Le fait de poser notre regard mobilise notre attention, nous règle sur le présent et c’est parfois une sensation totalement nouvelle qui émerge. Savez-vous que si vous essayez de penser à vos 2 mains en même temps votre cerveau est incapable de faire quoi que ce soit d’autre ?

Pendant votre pratique, posez votre regard sur vos mains (par exemple) et stabilisez votre attention. Connaître son mouvement permet de s’affranchir de comment on le réalise. A partir de là, une douce tranquillité arrive, se produit. Bien que vous soyez dans le mouvement, celui-ci est emprunt d’un calme intérieur. Plus vous êtes conscient-e de ce calme intérieur et plus celui-ci fait naître de nouvelles sensations sur votre corps. Présent-e à cette expérience vous n’avez plus besoin de penser.

L’attention permet donc de calmer le mental.

Bonne pratique !

Pratiquer le Qi Gong

Un peu comme chaque nouvel an, la rentrée amène son lot de bonnes résolutions. Vous avez choisi de vous prendre en main, de vous accorder du temps. Des collègues vous en ont parlé, vous avez lu des articles peut-être même vu un reportage.  Cette année vous ferez du qi gong !

Parce que vous êtes stressé(e), fatigué(e), que vous vous sentez engoncé(e) dans votre corps, que vous avez des douleurs articulaires, que vous dormez mal…

La liste est longue.

La bonne nouvelle c’est que vous n’avez pas besoin de vous y mettre.  Enfin pas vraiment.  Sans le savoir vous pratiquez déjà et tous les jours en plus!  Au bureau, sur votre chaise depuis plusieurs heures, vous prend soudain l’envie de vous étirer.  Et dans un geste naturel, les mains jointes, vous tendez vos bras vers le plafond.  Vos doigts s’étirent, vos bras, votre colonne vertébrale…ça fait tellement de bien.  Vous ne le savez pas encore mais vous venez de pratiquer l’un des plus vieux mouvement de qi gong.

Finalement le qi gong c’est chinois ou pas ? Dans le sens ou cet étirement est naturel pour toute la planète non.  La différence vient du fait que les « anciens chinois » n’ont cessé d’élaborer des méthodes en observant leurs concitoyens dans leur quotidien pour in fine, améliorer la santé.

La santé, le bien-vivre, dépendent de la qualité de nos reins.  On ressent bien le plaisir éprouvé en bas du dos lors de notre étirement.  On ne parle pas de l’organe à proprement parler mais de la sphère énergétique des reins.  Vous remarquerez comme le fait d’en avoir plein le dos est évocateur.  Au contraire on comprends tout de suite ce que veut dire avoir les reins solides.  Tous les signes de vieillissement sont reliés aux reins: mal de dos, cheveux qui blanchissent, déficience de l’ouïe…etc….

En fait le qi gong permet de ralentir le vieillissement des reins et dans le meilleur des cas d’en inverser la tendance. Mais ce n’est pas seulement cela.  Il existe une multitude de méthodes pour harmoniser son corps, sa respiration ou encore son état d’esprit.

Le qi gong est souvent présenté comme un couteau suisse thérapeutique. D’après les médias c’est THE remède. On vient avec son « petit » problème et on espère le régler assez vite. A noter qu’il en est de même de la méditation.

qian, élan créatif
qian, élan créatif

Je vous arrête tout de suite, vous allez devoir vous y mettre si vous souhaitez faire du qi gong.  Autrement vous ne ferez que de la gymnastique et c’est déjà pas mal. Une des notions majeures pour la pratique est de calmer son mental.  Avant de commencer on se tient debout les mains sur le dantian.  Il n’est pas question d’attendre quoi que ce soit.  On se centre, physiquement, dans le souffle, en conscience. Alors avec ces fondations réunies on peut commencer quelque-chose.  Une vitalité est disponible à tous les niveaux mais c’est avec douceur et une certaine retenue qu’elle s’exprime, une sorte d’élan créatif à l’instar du premier hexagramme du Yi Jing.

Au début de l’apprentissage il faut penser à beaucoup de choses.  C’est la phase d’acquisition nécessaire pour aller vers l’innée, le naturel.

Faire beaucoup pour ne rien faire et permettre que cela se fasse.  Voilà que Lao Zi pointe le bout de son nez.  Dans notre pratique il fera plus que cela, il sera avec nous, constamment.

Nous voilà confronté à la signification de qi gong.  Pour faire simple qi c’est l’énergie, le souffle qui nous anime et gong le travail au sens de s’exercer, s’entraîner….oui vous avez bien lu  » le travail ».

qi gong

Le 1er idéogramme, qi, représente la vapeur d’eau qui s’échappe de la marmite dans laquelle cuit le riz, c’est aussi l’énergie contenue dans le combustible qui nourrit le feu, la force du feu, la chaleur accumulée, le mouvement de l’eau et du riz qui bouillonnent, l’énergie de la vapeur qui s’élève.

Le deuxième idéogramme, gong, représente le mot « travail », l’effort déployé, l’action de s’exercer.

On comprend bien ici qu’il est préférable d’être à ce que l’on fait si on souhaite arriver à réguler notre corps, notre respiration, notre mental.  Par la répétition du geste, en dehors de la copie,  il nous sera permis d’aller au-delà du mouvement pour nous connaître et permettre ainsi à l’authenticité d’émerger. Car un ÊTRE qui se maîtrise est un ÊTRE authentique, Zheng Ren, en chinois.

Il est écrit dans le Livre de la Cour Jaune que notre corps est rempli d’esprits et que par conséquent  il ne nous appartient pas vraiment.  Comment dès lors approcher la maîtrise si nous n’exerçons pas une action consciente sur lui.

le livre de la cour jaune

Ce qu’on essai de faire en qi gong est de maîtriser notre qi.  Ça ne se fera pas en un jour et peut-être, sans doute, jamais totalement, même si des changements sont assez vite palpables.  En dehors de cette pratique consciente on ne saura pas ce qu’est le qi, d’où il vient, ou il va.

Aucune chance de réguler quoique ce soit, de retrouver un état paisible, notre état naturel, authentique.  Suivre le rythme de la nature c’est s’affranchir du temps et donc du vieillissement….

Pratiquons simplement, encore, encore encore…

Vaste voyage !

Survenue de la contemplation

Extrait dans « face à ce qui se dérobe ». Par Henri Michaux

Henri MICHAUX écoute de la musique, voici ce qui se produit:

Henri MichauxJe venais de rencontrer un mouvement contraire au mien dans ce que j’écoutais. Je l’arrêtais.…ne s’entendit plus le monde des autres. Adieu musique, il demeura du silence. Je restais sans bouger, absolument sans bouger. Une fonction n’avait plus envie de fonctionner. C’est tout. Je ne voyais pas au-delà. Si j’étais défait, je l’ignorais...revint le penser. Pas comme d’habitude. Incroyablement compréhensif. Vaste ce qu’il découvrait, de plus en plus vaste, d’une vastitude inconnue.(…)

Démons solubles dans l’alcool

Connaissance de l’orient n°99
Extrait de Passe-temps d’un été à Luanyang

 

Ji yun - Des nouvelles de l'au-delàLe boucher Xu Fang cheminait une nuit, portant à une planche deux jarres d ‘alcool.  Fatigué, il fit halte sous un grand arbre; la lune éclairait tout comme en plein jour. Il entendit d ‘abord, à distance, des gémissements; puis surgit d ‘un fourré un démon aux formes et à l ‘allure effrayantes. Le boucher se cacha derrière le tronc d ‘arbre, la palanche brandie, prêt à se défendre. Le démon s’approcha des jarres, sauta et dansa de joie, en ouvrit une et but; quand elle fut vide, il s’employa à ouvrir la seconde, mais il n’avait qu’a demi défait liens et couvercle quand , d ‘un faux mouvement, il renversa tout. Xu avait suivi la scène, la rage au cœur. Voyant le désarroi du démon, il leva soudain sa palanche et l’abattit sur ce qui lui sembla être le vide; aussi recommença-t-il à frapper tour de bras. A la longue, la créature s ‘affaissa sur le sol, ou elle se métamorphosa en une épaisse traînée de fumée.Dans la crainte de nouveaux sortilèges, Xu lui assena de nouveau une bonne centaine de coups: la fumée s ‘aplatit contre terre, se résorba et se dissipa graduellement en laissant en trace noirâtre, où sembla, telle une gaze légère, voulait flotter ou s ‘envoler, jusqu’au moment ou il ne resta plus rien. La créature était donc anéantie. Je dis que démons et fantômes sont de l’énergie vitale humaine en surplus, laquelle diminue, au fil du temps, et c’est pourquoi le Zuo zhuan dit: ‘Les démons sont grands, les anciens sont petits’. En ce monde nombreux sont ceux qui ont vu des fantômes, mais on n ‘entend personne prétendre avoir vu des fantômes du temps de Fu Xi ou de l’Empereur Jaune. C ‘est qu’ils se sont consumés jusqu’à disparition complète.

L’alcool est un grand dissipateur d’énergie

C’est ce qui explique que les médecins l’utilisent pour favoriser la circulation du sang et sudation, dissiper oppression et refroidissent, toutes affections qui se soignent par l’alcool. Le démon de l’histoire n ‘avait que son énergie vitale et la dissipa avec une pleine jarre d’alcool, faisant battre la chamade au yang déchaîné, mais brûlant et consumant presque tout son yin, voué à s’éteindre entièrement. Il a donc été anéanti par l’ivresse, non par les coups. En entendant cette anecdote, quelqu’un qui s’abstenait d ‘alcool dit: ‘ les démons excellent aux métamorphoses. Mais c’est sous l’effet de l’alcool que celui-là s ‘est affalé et s’est fait rosser. Normalement, les démons font peur aux hommes, mais sous l’effet de l’alcool, ce sont, paradoxalement, eux qui sont aux abois. Puissent les ivrognes s’en souvenir!  Mais un adepte de la bouteille dit: Les démons n’ont pas de forme, certes, mais ils sont doués de conscience, et n’échappent pas aux passions: joie et colère, tristesse et plaisir, le cas présent, ou ce démon s’effondre et, ivre mort, se volatilise et retourne au néant, montre la vérité de cette théorie. Des plaisirs de l’alcool, aucun n’est plus grand que celui-là, et les bouddhistes, pour qui le nirvana est le bonheur suprême, seraient bien en peine ces pauvres affairés, d’en avoir idée ! Concluons avec Zhuang Zi: ‘Le premier a raison et tort à la fois; le second a raison et tort à la fois’
Ji Yun ~ 1724-1805