Démons solubles dans l’alcool

Connaissance de l »orient n°99
Extrait de Passe-temps d »un été à Luanyang

 

Ji yun - Des nouvelles de l''au-delàLe boucher Xu Fang cheminait une nuit, portant à une planche deux jarres d ‘alcool.  Fatigué, il fit halte sous un grand arbre; la lune éclairait tout comme en plein jour. Il entendit d ‘abord, à distance, des gémissements; puis surgit d ‘un fourré un démon aux formes et à l ‘allure effrayantes. Le boucher se cacha derrière le tronc d ‘arbre, la palanche brandie, prêt à se défendre. Le démon s’approcha des jarres, sauta et dansa de joie, en ouvrit une et but; quand elle fut vide, il s’employa à ouvrir la seconde, mais il n’avait qu’a demi défait liens et couvercle quand , d ‘un faux mouvement, il renversa tout. Xu avait suivi la scène, la rage au cœur. Voyant le désarroi du démon, il leva soudain sa palanche et l’abattit sur ce qui lui sembla être le vide; aussi recommença-t-il à frapper tour de bras. A la longue, la créature s ‘affaissa sur le sol, ou elle se métamorphosa en une épaisse traînée de fumée.Dans la crainte de nouveaux sortilèges, Xu lui assena de nouveau une bonne centaine de coups: la fumée s ‘aplatit contre terre, se résorba et se dissipa graduellement en laissant en trace noirâtre, où sembla, telle une gaze légère, voulait flotter ou s ‘envoler, jusqu’au moment ou il ne resta plus rien. La créature était donc anéantie. Je dis que démons et fantômes sont de l’énergie vitale humaine en surplus, laquelle diminue, au fil du temps, et c’est pourquoi le Zuo zhuan dit: ‘Les démons sont grands, les anciens sont petits’. En ce monde nombreux sont ceux qui ont vu des fantômes, mais on n ‘entend personne prétendre avoir vu des fantômes du temps de Fu Xi ou de l’Empereur Jaune. C ‘est qu’ils se sont consumés jusqu’à disparition complète.

L’alcool est un grand dissipateur d’énergie; C’est ce qui explique que les médecins l’utilisent pour favoriser la circulation du sang et sudation, dissiper oppression et refroidissent, toutes affections qui se soignent par l’alcool. Le démon de l’histoire n ‘avait que son énergie vitale et la dissipa avec une pleine jarre d’alcool, faisant battre la chamade au yang déchaîné, mais brûlant et consumant presque tout son yin, voué à s’éteindre entièrement. Il a donc été anéanti par l’ivresse, non par les coups. En entendant cette anecdote, quelqu’un qui s’abstenait d ‘alcool dit: ‘ les démons excellent aux métamorphoses. Mais c’est sous l’effet de l’alcool que celui-là s ‘est affalé et s’est fait rosser. Normalement, les démons font peur aux hommes, mais sous l’effet de l’alcool, ce sont, paradoxalement, eux qui sont aux abois. Puissent les ivrognes s’en souvenir!  Mais un adepte de la bouteille dit: Les démons n’ont pas de forme, certes, mais ils sont doués de conscience, et n’échappent pas aux passions: joie et colère, tristesse et plaisir, le cas présent, ou ce démon s’effondre et, ivre mort, se volatilise et retourne au néant, montre la vérité de cette théorie. Des plaisirs de l’alcool, aucun n’est plus grand que celui-là, et les bouddhistes, pour qui le nirvana est le bonheur suprême, seraient bien en peine ces pauvres affairés, d’en avoir idée ! Concluons avec Zhuang Zi: ‘Le premier a raison et tort à la fois; le second a raison et tort à la fois’
Ji Yun ~ 1724-1805